• Niamey, Niger
  • 18 January 2021
Logo AMINESS
0 Commentaires

Le bureau exécutif de l’AMINESS, par la présente tient à faire état de ses différentes revendications sur le plan socio-académique. En effet, depuis aujourd’hui plus de trois ans, la situation socio-académique ne fait que s’empirer. L’année académique 2016_2017 est la dernière année à l’issue de laquelle, presque toutes nos revendications ont été satisfaites. Depuis lors, notre amicale s’est trouvée dans une situation très délétère sur le plan socio-académique.

Le bureau exécutif de l’AMINESS déplore les dettes inarrêtables de nos autorités compétentes pour les étudiants boursiers, et les écoles concernées. Ces dettes ne font que s’augmenter du jour au lendemain. De la question des frais de scolarités, en passant par la suspension des bourses pour certains étudiants, mais aussi la question de la codification pour les étudiants logés à la cité universitaire, ainsi que les frais des soutenances pour les étudiants en fin de cycle, etc…

Cette situation méphitique, n’honore pas du tout les étudiants nigériens et au-delà, elle met en cause la réputation et la crédibilité de notre pays. De ce fait, plusieurs démarches légales ont été entreprises, jusqu’à aller faire des
déclarations et du sit-in dans les locaux de l’ambassade. Malheureusement, les autorités compétentes n’affichent aucune volonté à prendre au sérieux nos problèmes.

Le bureau exécutif de l’AMINESS, s’indigne de la sourde oreille des autorités
compétentes. Et tiens à évoquer tous les problèmes sérieux sur cette plate-forme revendicative, afin que ces derniers puissent faire l’objet d’une étude sérieuse et prendre des initiatives instantanées pour trouver des solutions adéquates.

  1.  Sur le plan socio-académique, nous déplorons les faits suivants :

• Le non-paiement des frais de codification (au COUD) dont la somme s’élève à 20 millions de franc CFA ;

• Le nom paiement des frais de formation et des frais de soutenance pour les étudiants en fin de cycle. Alors que beaucoup des étudiants ont finis leur formation et n’attendent que le versement de leur frais de scolarité pour soutenir et récupérer leurs diplômes (les écoles concernées sont : ESP, ESMT, CESAG, et VETO). Ces écoles n’ont pas perçu les frais de formation des étudiants nigériens depuis plus de deux années ;

• On compte aujourd’hui une dette de trois années pour ces écoles ;

• Le non-paiement des subventions des frais de scolarités pour les étudiants inscrits dans les instituts et Ecoles privées depuis l’année académique 2016_2017 ;

• Le non-paiement de la troisième tranche de la bourse ;

• Le non-paiement de la bourse de vacances.

Cas Spéciaux et très urgents :

• La suspension de la bourse pour les étudiants en Master 1 au CESAG, alors que Le DG de l’ANAB a livré l’attestation de leur bourse qui stipule qu’ils seront bénéficiaires jusqu’à la fin du deuxième cycle.

• Le refus catégorique des étudiants nigériens de l’ESP dans les salles d’examen.

• Un délai d’une semaine a été prescrit pour ces étudiants, passé ce délai, ils ne seront plus acceptés dans les salles de cours, alors qu’ils seront très bientôt en examen.

• Le refus catégorique des étudiants nigériens au veto, dans la cité universitaire où ils sont codifiés.
Le bureau exécutif de l’AMINESS Exhorte le gouvernement à respecter ses engagements pris avec les partenaires sociaux.

Le bureau exécutif de l’AMINESS Interpelle le gouvernement avec la dernière énergie, à prendre au sérieux notre plate-forme revendicative et songé à trouver des solutions adéquates et immédiates faute de quoi il sera tenu pour seul et unique responsable de tout ce qui adviendra.  Le bureau exécutif de l’AMINESS déplore aussi l’attitude de son excellence madame l’ambassadrice qui n’accorde pas beaucoup d’importance à notre cadre et qui refuse aussi catégoriquement de nous recevoir pour discuter de nos différentes occupations. Le bureau exécutif de l’AMINESS appelle le gouvernement à mettre en garde l’ambassadrice sinon nous prenons nos propres responsabilités.

Au regard de tout ce qui précède, Le bureau exécutif de l’AMINESS lance un ultimatum de 72h pour exiger aux autorités la satisfaction de ses justes et légitimes revendications.

En cas de non réponse, nous passerons à la vitesse supérieure pour que l’opinion nationale et internationale témoigne de la situation catastrophique dans laquelle le gouvernement nous a plongé.

Fait à DAKAR le 10 Novembre 2020
Vive l’AMINESS Unis et forte
Vive l’USN
Vive le NIGER
Que Dieu bénisse le Niger et son peuple

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *